LECTURE – L’IMAGERIE

L’Imagerie est un roman écrit par Adrien Lioure, un jeune auteur français. J’ai eu la chance de pouvoir découvrir son roman et, aujourd’hui, je vous donne mon avis.

Alix, jeune étoile montante du cinéma, apprend lors des dernières prises de son prochain film la mort de sa femme et de son enfant, Sophie et Max. Pour l’accompagner dans cette épreuve particulièrement douloureuse, Alix peut compter sur Dolorius, sa Souffrance. Il s’agit d’un être à l’origine des maux et des douleurs des hommes. Derrière chaque blessure, qu’elle soit physique ou psychique, une Souffrance est à l’ouvrage.

Mais jamais Dolorius n’avait pas eu affaire à une douleur si aiguë, si inassouvissable. Il comprend vite que pour sauver Alix, il n’y a qu’un moyen. Lui rendre Sophie et Max. C’est ainsi que les deux personnages feront tout pour tenter de rejoindre L’Imagerie, lieux mystérieux et inconnu où finissent les âmes des défunts.

– Mon avis –

Le roman peut paraître assez sombre aux premiers abords, mais finalement ce n’est pas du tout le cas. J’avais vraiment peur que ce livre me rende triste… et il m’a rendu triste d’une certaine façon, surtout à la fin. Mais globalement j’ai beaucoup rigolé, surtout grâce au personnage de Soméphine, la cousine de Dolorius.
D’ailleurs l’alternance des points de vue est bienvenue, car sinon j’aurais totalement déprimée tant l’histoire d’Alix est difficile et triste.

D’ailleurs parlons de l’alternance des points de vue. Cela m’a beaucoup mis en difficulté au début de ma lecture… je ne connaissais pas du tout les personnages et en découvrir un nouveau à chaque chapitre ne m’a pas beaucoup aidé. Mais finalement cette petite difficulté n’a pas été insurmontable, il m’a juste fallu quelques chapitres supplémentaires avant de pouvoir enfin apprécier ce que je lisais.
Et finalement, je trouve que c’est assez intelligent, car on découvre une facette un peu différente de l’univers où évoluent nos héros. Petit bémol tout de même, puisque j’ai eu l’impression que les personnages répétaient une seconde fois ce qu’il venait de se passer…
D’ailleurs le défaut principal de ce roman, ce sont les longueurs. Vers le milieu de l’histoire, j’ai commencé à m’ennuyer et c’est ce qui a ralenti ma lecture. De plus, le monde qu’a imaginé l’auteur est tellement complexe qu’il faut s’accrocher! Mais ce livre n’a pas que des défauts, loin de là!

J’ai beaucoup aimé la façon dont le roman traite la mort des personnes. Rien que la façon dont la douleur, la mort et le sommeil ont été imaginés, je trouve ça épatant! L’auteur a une sacrée imagination… je n’aurais pas pu penser à tout ça!
Et puis j’ai trouvé ça assez poétique finalement, qu’on personnifie la mort, ce mot qui fait tant peur à toutes les générations. D’ailleurs le roman dédramatise beaucoup cette étape de la vie, puisque finalement il y a L’Imagerie!

La fin m’a laissé un peu perplexe et j’ai du la relire deux fois avant de comprendre ce qu’il s’était réellement passé… j’étais dans le dénis totale en fait!! Mais je ne peux vous la raconter au risque de tout vous spoiler, et ce n’est pas ce que vous voulez n’est-ce pas?

En tout cas, j’ai bien aimé ma lecture, bien que ce ne soit pas un coup de coeur. Il y a des longueurs régulièrement, ce qui m’a peu à peu ennuyé de ma lecture… mais heureusement, comme souvent, les personnages sont attachants et on a envie de connaître le fin mot de l’aventure d’Alix, de Dolorius, de Soméphine et de bien d’autres!

 

– Ma note –

★★★☆☆ / 5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s