Chronique – Phobos, tome 4

 

Il y a eu un « avant » : Phobos Origines, un tome « prequel » plongeant dans le passé des prétendants, à la recherche des motivations secrètes qui les ont conduits à partir pour toujours.

Il y aura aussi un « après » : un horizon où les destins se rejoignent, où les mondes entrent en collision, où le futur s’écrit en lettres de feu.

 


– MON AVIS –

Oh. Mon. Dieu. Je vous écris cette chronique encore toute retournée d’avoir terminé cette saga. La fin d’une époque, la fin des aventures des pionniers de Mars. La fin de Phobos. C’est étrange, j’ai encore du mal à le croire tant ce dernier tome a été riche en rebondissements…

La fin du troisième tome avait été un déchirement. C’était le tome qui comportait le plus de morts, le plus de rebondissements et surtout le plus de réponses à nos questions. Mais, comme Victor Dixen le fait si bien, les dernières lignes avaient suffit à nous interroger encore plus… car, cette fois-ci, les pionniers, menés par Léonor, allaient rentrés sur Terre.

Ce quatrième tome a démarré sur « les chapeaux de roues », comme on dit, avec l’atterrissage de nos amis sur la planète bleue, et leur retour à Cap Canaveral, là où tout à commencé. On retrouve des pionniers fatigués par le voyage mais surtout par les derniers évènements survenus sur Mars… seul Léonor parait, comme d’habitude, la plus alerte, celle qui reste sur ses gardes, face à une Serena disparue mais dont la menace continue de planer.

Cette fois-ci l’histoire se concentre beaucoup plus sur notre petite française aux cheveux de feu. J’ai trouvé que la totalité du dernier tome était centrée sur elle, et cela est du en partie par l’éparpillement géographique de ses amis. Et oui, nos pionniers ne font plus « un », comme autrefois, et décident de profiter de leur retour sur Terre pour se découvrir et découvrir le monde. Ainsi, Liz et Tao s’en vont de leur côté, de même que Safia et Samson, Andrew et Harmony et bien d’autre.
Et même si j’ai aimé en apprendre plus sur les origines de Leo, j’ai quand même regretté de ne pas suivre plus les autres, notamment Kirsten qui manque énormément durant une grosse partie du roman, tout comme Mozart (pour ceux qui ont lu le tome, vous savez pourquoi).

Le tome est également beaucoup centré sur les problèmes de société que nous rencontrons déjà de nos jours: les réseaux sociaux et leurs dérives, la géopolitique et des tension internationales palpables, ou encore l’accumulation de mensonges rattrapés par la justice.
Victor Dixen a également fait un gros focus sur le thème de l’environnement, en nous décrivant une planète Terre qui pourrait être la notre dans 50 ans (ou bien avant), si l’on continue ainsi… c’est d’ailleurs, ce que j’ai le plus aimé dans ce roman; au-revoir la romance, bonjour les sujets sérieux qui parlent aux jeunes adultes.

Encore une fois, ma lecture ne m’a pas paru longue malgré le nombre colossal de pages qui peut faire peur! Il y a tant de rebondissements, qu’on ne peut pas s’ennuyer un seul instant. J’admire énormément l’imagination de l’auteur, car jusqu’à la fin il aura su m’étonnée… et me donner envie, même après la dernière page, de continuer à suivre l’histoire de nos pionniers.

Ce tome est celui qui m’a également le plus émue et le plus touchée de toute la saga. Samson a été le premier a m’émouvoir, puis Kris et Mozart (ainsi qu’un tout nouveau personnage dont je ne peux citer le nom sans dévoiler l’intrigue), et enfin l’histoire de Leo (et surtout la conclusion au siège des Nations Unies) m’a carrément déchirée.

Voilà, maintenant il ne me reste plus qu’à conclure cette chronique… vous l’aurez tous compris, c’est encore une fois un coup de coeur! 4 coups de coeur, pour 4 tomes!
Cela ne prouve qu’une seule chose: monsieur Dixen est un petit génie de la littérature jeunesse et de la science-fiction.
Et malgré-moi je ne peux m’empêcher de nourrir deux rêves: le premier est de connaître une suite de la vie de Leo et ses amis, le second de voir un jour cette fabuleuse histoire sur grand écran!


– MA NOTE –

★★★★★ / 5


– PLUS D’INFORMATIONS –

Titre: Phobos, tome 4

Auteur(e): Victor Dixen

Editeur: Collection R

Genre: science-fiction

Pages: 649

Format: paperback

Publicités

6 réflexions sur “Chronique – Phobos, tome 4

  1. Hello, je me suis décidée à me lancer dans la saga après l’avoir vu partout sur Bookstagram mais avec un peu d’appréhension: je ne suis pas très fan de la science fiction mais j’ai tellement adoré ! J’ai dévoré les trois tomes d’un coup, je me suis régalée, cette saga est un de mes coups de cœur de cette année ! Je suis en train de lire le tome 4, j’ai à la fois hâte de le terminer et pas du tout envie ^^ en tout cas j’ai beaucoup aimé lire ton avis (pardon pour le commentaire aussi long qu’un roman ^^)

    Aimé par 1 personne

    • Je suis comme toi: pas très fan du genre de la science-fiction et finalement c’est Victor Dixen qui m’a réconcilié avec 😉
      Je suis contente que tu t’es lancée et je te souhaite une bonne lecture… c’est dur de finir cette saga alors prépare les mouchoirs!
      Et merci pour le passage sur mon blog ❤️

      J'aime

  2. Pingback: C’est lundi que lisez-vous? #2 | une éternelle rêveuse

  3. J’ai hâte de découvrir ce dernier tome, même si je redoute cette fin, pour moi aussi ce sera triste vu que je me suis attachée à tous ces personnages …
    Ça doit faire bizarre de voir tous les personnages un peu éparpillés vu qu’on a les toujours vu ensemble … Je ne sais pas si c’est quelque chose qui va me plaire ou non … Mais je découvrirais ça rapidement j’espère 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Bilan 2017 | une éternelle rêveuse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s